Brésil - Bob o link Agrandir la vue

Brésil - Bob o Link

Le café du Brésil Alto do Caparao – Projet Bob o Link est un café gourmand et de grande qualité. Il développe en bouche une liqueur très ronde tout en affichant ses arômes de chocolat d’amande et de praline. Un café pour un moment de pur plaisir.

Caractère : harmonieux, équilibré

Arômes : chocolat, amande et pralin

Plus de détails

5,90 €

Caractéristiques

En savoir plus

Café du Brésil Alto do Caparao– Projet Bob o Link

Espèce botanique : Arabica 

Variété Botanique : blend de variétés 

Répertoire aromatique : un café harmonieux, une liqueur tout en rondeur dévoilant ses arômes gourmands de chocolat, d’amande et de praline.

Provenance : Brésil Alto do Caparao 

Altitude : cultivé entre 1350 m et 1400 m

Récolte : juillet à novembre

Traitement : nature

Situation :

Bob o Link : un nom bien étrange pour un café !

Au-delà d’un nom c’est un tout un projet de développement durable qui s’est mis en place. Ce projet est conçu autour d’un système de polyculture durable en agriculture biologique. Les fermes rattachées à ce projet produisent du café de haute qualité, cultivé sous ombrage mais ce n’est pas tout. La production de fruits, de légumes, de miel, de bois et de produits laitiers sont intégrés pour garantir une diversité de revenus.

Devenir un producteur Bob o Link demande de respecter un certain nombre de règles comprenant du travail propre aux cultures mais aussi des travaux nécessaires à la collectivité tels que : créer des canaux d’irrigation, planter des arbres d’ombrage pour les caféiers et pour la ferme, installer des lits africains et des machines de triage dans les fermes ou encore installer des ruchers. Un travail mais surtout un engagement à cultiver sans pesticides chimiques, à récolter sélectivement à la main, à s’intéresser à la dégustation et à l’analyse sensorielle des cafés et à développer des productions alternatives.

Bob o Link est le nom d’un oiseau migrateur qui souffre de l’extension de la monoculture dans ses pays de résidence. Les fermes étant des lieux de vie pour ces oiseaux, il était tout naturel qu’il en devienne le symbole ! 

Aujourd’hui le projet compte 40 fermes qui exportent des micro-lots de quelques sacs. La récolte se tient de juin à septembre et de juillet à novembre permettant d’avoir du café toute l’année. Les cafés sont récoltés à la main et séchés sur lits africains pendant 20 jours selon le process nature ou voie sèche.

La méthode « nature » ou voie sèche 

C’est la méthode la plus ancienne, la plus simple qui nécessite peu de matériel. Au Brésil, cette méthode est employée pour 95% de l’Arabica.

La méthode consiste à sécher la cerise entière en trois étapes.

Le nettoyage : les cerises sont triées et nettoyées pour éliminer les cerises immatures, surmatures ou endommagées. Cela permet aussi d’enlever les saletés, brindilles et feuilles. Cette séparation peut se faire manuellement à l’aide d’un grand tamis.

Le séchage : les cerises conservées suite au nettoyage sont étalées au soleil soit sur des terrasses en béton ou en briques soit sur des tréteaux. Au cours du séchage, les cerises sont retournées à la main ou au râteau pour garantir un séchage uniforme. Le séchage peut ainsi perdurer jusqu’à 4 semaines pour atteindre le taux d’humidité maximal des cerises qui est de 12.5%. Le séchage est l’étape déterminante car elle conditionne la qualité du café vert. Les cerises séchées sont stockées dans des silos en attendant le décorticage.

Le décorticage : les enveloppes des cerises sont enlevées dans une décortiqueuse puis elles sont triées, classées et ensachées.